La pharmacie dans mon jardin – Août

La pharmacie dans mon jardin – Août - 25 juillet 2017

Le piment !

Au moment du choix des semis du printemps, il est facile de s’emballer et de vouloir cultiver un peu de tout dans le potager ; des aubergines aux fines herbes, sans oublier les bonnes vieilles tomates, poivrons et compagnie. On se projette quelques mois plus tard en s’imaginant les petits bonheurs qui n’attendront qu’à être récoltés et l’on s’impatiente à l’idée de manger cette fraîcheur à venir.
 

Quand le mois d’août s’annonce, une plante arrive toujours à nous surprendre par sa productivité presque exagérée, si bien qu’il arrive qu’on ne sache plus quoi en faire : le piment. Pour arriver à en consommer tous les fruits au fur et à mesure qu’il nous en donne, il faut, soit avoir une tolérance impressionnante aux mets épicés, soit avoir quelques idées d’usages alternatifs. En voici quelques-unes…

 
Personne ne sera surpris d’apprendre que le piment est une plante « réchauffante ». Pour se préparer à affronter une journée de froid ou au contraire, pour s’en remettre, une pincée de piment séché à une tisane bien chaude est très efficace. Commencez avec parcimonie pour commencer, histoire de ne pas vous « brûler ». Les effets de la capsaïcine, le composé chimique qui donne toute sa puissance au piment, se traduisent en une stimulation temporaire du métabolisme en favorisant la circulation sanguine. Les effets de la capsaïcine sont aussi reconnus comme traitement pour atténuer des douleurs arthritiques et articulaires.
 
Pour fabriquer un onguent qu’on applique pour calmer les douleurs arthritiques, on remplit un pot de piments séchés qu’on couvre ensuite d’une huile d’olive, idéalement biologique. On laisse macérer le pot refermé pendant quelques semaines au sec et à l’abri de la lumière en prenant soin de brasser le pot une fois par jour. Une fois filtré, on obtient une huile épicée (macérât) très intéressante pour la cuisine, mais aussi l’ingrédient de base pour la fabrication de notre onguent. Il suffit maintenant de faire fondre et bien mélanger 20 g de cire d’abeille par 100 ml de macérât, mettre le tout en pot alors que le mélange est encore assez liquide, puis de laisser refroidir le tout. Voilà un remède maison efficace pour atténuer les douleurs arthritiques des jours pluvieux du mois d’avril… sans gaspiller tous ses piments !

Références :

http://www.csst.qc.ca/prevention/reptox/Pages/fiche-complete.aspx?no_produit=149591
https://www.altheaprovence.com/blog/preserver-feu-pendant-lhiver/#more-6629
https://www.altheaprovence.com/?s=onguent+piment
http://arthrite.ca/prendre-en-charge-l-arthrite/guide-des-medicaments/capsaicine