La pharmacie dans mon jardin – Octobre

La pharmacie dans mon jardin – Octobre - 20 octobre 2017

L’ail, un petit allié de taille !

Ail

Que ce soit pour chasser les vampires le soir de l’Halloween, ou plus réalistement, pour lutter contre les infections qu’amène l’automne, l’ail est une plante très utile en octobre ! Ce mois est aussi idéal pour la planter dans son jardin.

 

S’il est un condiment très utilisé en cuisine, l’ail possède également de belles vertus médicinales. Comme il a des propriétés antiseptiques, il est utile pour prévenir et combattre les infections, tant d’origines bactériennes que fongiques. Consommé en bonne quantité, il peut aider à lutter contre le rhume. Il aurait également la capacité à prévenir les maladies cardiovasculaires et certains types de cancers. Ce n’est toutefois pas une plante miracle puisque ses bienfaits sont modestes et ne sont pas tous établis scientifiquement. Il est donc un bon allié pour la santé, mais sans penser qu’il vous rendra invincible face aux maladies !

Même si l’ail a de belles qualités, certaines personnes doivent en surveiller leur consommation. Comme l’ail tend à éclaircir le sang, il est conseillé aux gens devant ou venant de subir une chirurgie, ainsi qu’à ceux prenant des médicaments anticoagulants, de s’informer auprès de leur médecin avant d’augmenter significativement leur consommation d’ail, ou de prendre des suppléments.

Saviez-vous qu’il est déconseillé, voir même dangereux, de conserver son ail dans l’huile? L’ail dans l’huile crée des conditions idéales pour le botulisme, une maladie rare, mais potentiellement mortelle. Il vaut mieux garder son ail sec à la température ambiante ou le congeler. Une huile aromatisée à l’ail se garde moins d’une semaine au réfrigérateur.

Octobre est un bon mois pour planter son ail à Montréal. Pour réussir sa plantation, on choisit des bulbes de variétés à tige dure. Ces variétés ne permettent pas de faire des tresses d’ail, mais elles poussent mieux sous nos climats. Les bulbes doivent être plantés à 20 cm de distance et à une profondeur d’environ 10 cm tout en s’assurant que le bout pointu est vers le haut. Pour protéger les bulbes des froids de l’hiver, on recouvre de 20 à 30 cm de paille. L’ail est facile à cultiver puisqu’il demande peu d’entretien. Si on laisse le paillis, il suffit d’arroser en cas de sécheresse. En juin, il est important de surveiller l’apparition de la teigne qui est une petite larve qui fait des trous dans la tige et fait pourrir le bulbe. Puis en fin juillet, lorsque la tige jaunit, il est temps de récolter !

Références :

Passeport santé (2011). Ail. http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=ail_ps

Extenso (2017). Hygiène et salubrité. http://www.extenso.org/article/il-n-y-a-pas-de-danger-a-conserver-l-ail-dans-l-huile-1/

Yves Gagnon.2012.La culture écologique des plantes légumières.Éditions colloïdales. p.192-194